Tag: <span>ONU</span>

Congo Apelaciones

Nubes Oscuras Sobre El Este Del Congo.

Imagen destacada: Foto por Flow Clark, en Unsplash.

Por si no hubiera ya suficientes tensiones en la República Democrática del Congo (RDC), hay un recrudecimiento de los combates desde mediados de octubre en la provincia de Kivu del Norte, siendo Goma la ciudad central. El conflicto armado actual es entre una milicia liderada por tutsis, el M23, y las fuerzas del gobierno de RDC.

El gobierno estima que unas 200.000 personas han sido desplazadas. El presidente de la RDC, Felix Tshisekedi, ha pedido la creación de milicias locales para ayudar a los soldados del gobierno. La Misión de Estabilización de las Naciones Unidas en el Congo (MONUSCO), que ha estado en la República Democrática del Congo desde 1999 y es la mayor fuerza de mantenimiento de la paz de la ONU con unos 15.000 miembros, no ha podido detener los combates y es cada vez más criticada por la población local.

The President of the RDC, Felix Tshisekedi

El Presidente de la República Democrática del Congo, S.E. Sr. Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. Por Quirinale.it, Atribución, vía Wikimedia Commons.

El gobierno de RDC acusa a Ruanda de apoyar al M23, acusaciones que Ruanda niega. En respuesta, el gobierno de Ruanda acusa a la República Democrática del Congo de apoyar a una milicia armada contra Ruanda, las Fuerzas Democráticas para la Liberación de Ruanda (FDLR), una milicia dirigida por hutu. Tanto los tutsi como los hutu están en la República Democrática del Congo desde la lucha contra el genocidio de 1993 en Ruanda. Los combates actuales se suman a la inseguridad de la zona. La lucha también ha detenido en gran medida las actividades comerciales transfronterizas, en gran parte realizadas por pequeñas comerciantes. Como resultado, el precio de los suministros de alimentos existentes ha aumentado considerablemente y es de temer la escasez.

MONUSCO

Rutshuru, Kivu del Norte, RD Congo. Fuerzas Especiales de MONUSCO y unidades de la Brigada de Intervención acercándose a las posiciones de las Fuerzas Democráticas para la Liberación de Ruanda (FDLR) durante una operación conjunta MONUSCO-FARDC. Este tipo de intervenciones que permitieron la destrucción total de las bases de las FDLR y con el objetivo de desbaratar los planes y actividades nocivas del grupo armado continuarán mientras sea necesario. Foto MONUSCO/Fuerza. Por MONUSCO Photos, CC BY-SA 2.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0>, vía Wikimedia Commons.

Los combates han incrementado las tensiones entre Ruanda y la RDC, tensiones que también impactan en las relaciones con Uganda, que ha recibido un buen número de refugiados de la RDC y con Burundi, un país inestable. Hay un inicio de negociaciones Ruanda-RDC en Angola bajo el liderazgo del gobierno angoleño. Sin embargo, la falta de confianza entre Ruanda y la RDC es grande, y sería útil realizar esfuerzos internacionales más amplios. También existe la necesidad de esfuerzos de consolidación de la paz no gubernamentales locales que también pueden ser facilitados por ONG internacionales. La situación requiere mucha atención y, si es posible, una acción rápida.

 

Rene Wadlow, Presidente, Asociación de Ciudadanos del Mundo.

Aquí hay otras publicaciones que pueden ser de su interés.

The Uprooted.

Increasing numbers of people in countries around the world, have been forced from their homes, by armed conflicts and systematic violations of human rights. Those who cross internationally recognized borders…

1 2 12

Rape Apelaciones

ONU destaca la violación como arma de guerra en…

Imagen destacada: Foto por Melanie Wasser, en Unsplash.

Pramila Patten, la relatora especial del Consejo de Derechos Humanos de las Naciones Unidas sobre violencia sexual en tiempos de conflicto, informó a mediados de octubre de 2022, que la violación se usa cada vez más en el conflicto armado en Ucrania, como arma para humillar y desalentar a la población. Por lo tanto, hubo un informe anterior del 27 de septiembre al Alto Comisionado para los Derechos Humanos, en el que se exponían muchos de los mismos hechos y se pedía una acción internacional.

Los patrones de violación sistemática pasan a formar parte del Derecho Internacional Humanitario.

En el pasado, la violencia sexual a menudo se desestimaba como actos de soldados individuales, siendo la violación uno de los botines de guerra para quienes la violación de mujeres era un derecho. Sin embargo, con los juicios de 2001 por crímenes de guerra en la antigua Yugoslavia por parte del Tribunal Penal Internacional para la ex-Yugoslavia, se dictaron las primeras condenas por violación como crimen contra la humanidad y violaciones de las leyes o costumbres de la guerra contra soldados serbobosnios. Los combatientes serbobosnios fueron acusados de violación masiva y prostitución forzada de decenas de mujeres y niñas musulmanas, algunas de tan solo 12 años. El caso había llevado cinco años de investigaciones y más de 30 testigos de cargo. Los tres militares juzgados fueron condenados a 12 años de prisión.

Desde entonces, hemos visto patrones de violación sistemática pasar a formar parte del Derecho Internacional Humanitario, y desde 2002 uno de los delitos perseguibles dentro de la Corte Penal Internacional. (1)

Pramila Patten
Pramila Patten. Festival de Cine Preventing Sexual Violence in Conflict: Fighting Stigma Through Film en Londres, 23 de noviembre de 2018. Por Foreign and Commonwealth Office, CC BY 2.0 <https://creativecommons.org/licenses/by/2.0>, a través de Wikimedia Commons.

La violación como arma de guerra.

Ha habido informes de violaciones sistemáticas en Ucrania desde 2014, con la creación de las Repúblicas Populares de Donetsk y Louhansk por parte de soldados ucranianos y separatistas. Sin embargo, se prestó poca atención internacional a estos informes. Solo con la invasión de Ucrania por las tropas rusas el 24 de febrero de 2022, la atención internacional se centró en los informes de violaciones, especialmente en áreas que estuvieron durante un tiempo bajo el control del ejército ruso o las milicias de las dos Repúblicas Populares. (2)

Desafortunadamente, parece que el conflicto armado en Ucrania se prolongará. Hay pocas señales de voluntad para un acuerdo negociado. El Derecho Internacional Humanitario avanza lentamente. La violación como arma de guerra se utiliza en otros conflictos armados, como los de la República Democrática del Congo, Darfur, Sudán y Siria. Se necesita una fuerte presión no gubernamental para mantener en marcha los esfuerzos gubernamentales y de las Naciones Unidas.

People's Republics of Donetsk and Louhansk
Imagen: Regreso de ciudadanos liberados al territorio controlado por Ucrania, 29 de diciembre de 2019. Por President.gov.ua, CC BY 4.0 <https://creativecommons.org/licenses/by/4.0>, vía Wikimedia Commons.

Autonomía vital para la República Popular de Donetsk y la República Popular de Lugansk. El camino a seguir.

 

Notas:

1) For a good overview of both specific armed conflicts and the slow but steady international response see Carol Rittner and John K. Roth (Eds) “Rape: Weapon of War and Genocide” (St. Paul, MN: Paragon House, 2012)
2) See Amnesty International “Ukraine 2021”  www. amnesty.org Secretaru General’s Report, Organization for Security and Cooperation in Europe.   www.osce.org

Rene Wadlow, Presidente, Asociación de Ciudadanos del Mundo.

Aquí hay otras publicaciones que pueden ser de su interés.

The Uprooted.

Increasing numbers of people in countries around the world, have been forced from their homes, by armed conflicts and systematic violations of human rights. Those who cross internationally recognized borders…

1 2 12

Alfred de Zayas Book Reviews

Alfred de Zayas. Building A Just World Order.

Featured Image: Prof. Dr. Alfred de Zayas. By Anonym (ein Gefälligkeitsfoto für Prof. Alfred de Zayas), CC BY-SA 3.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0>, via Wikimedia Commons.
Alfred de Zayas, a long-time member of the U.N. human rights secretariat having started in 1980; was elected by the U.N. Human Rights Council as an Independent Expert on the Promotion  of a Democratic and Equitable International Order in September 2011.  This book brings together elements of his 14 thematic reports during his six years as as a Special Rapporteur. (Clarity Press, Atlanta GA: 2021, 466pp.)
 
    Special Rapporteurs are elected by the Human Rights Council as human rights specialists. They can undertake country visits and engage in discussions with a wide range of groups and U.N. secretariat members to raise sensitive issues. Some  Special Rapporteurs are country specific; usually named after long debates in the Council on these countries.  Other Special Rapporteurs deal with broad themes such as the Right to Food, the Right to Housing, the Right to Water and Sanitation, Indigenous Peoples.
 
Alfred de Zayas draws on the work of other Special Rapporteurs to underline that developing a world order is a holistic process linking armed conflict resolution, human rights promotion, political participation and peacebuilding.
 
    Special Rapporteurs are not U.N. staff and do not receive a salary for their work; but their work is facilitated by secretaries of the U.N. human rights staff.  As de Zayas writes:
 

“I am  convinced that the function of a rapporteur is to give impulses and concrete recommendations to governments and civil society, speak clear language, tear down pretences and double standards.  One thing the rapporteur must not be: a guardian for the status quo, a fig leaf for the international community, so that everybody can pretend to have a good conscience and continue business as usual.”

 
   As de Zayas stresses: 
 

“A democratic and equitable international order necessarily functions on the basis of multilateralism and international solidarity.  It aims at promoting a culture of peace and dialogue among nations and peoples, fully respecting the sovereignty of States and ensuring that members of civil society in all countries have ample space to express themselves and to enjoy their individual and collective rights and to pursue their traditions, culture and identity.”

    Obviously; as we look at the current world society; there are many obsticles to a culture of peace and dialogue.  De Zayas sets out some of the ways to deal with these obsticles. 
 

“Honest dealing and the pursuit of peaceful relations is a better strategy if humanity is to reap cooperation and progress in human rights terms.  What is most needed today is mature diplomacy, result-oriented negotiations, a culture of dialogue and mediation.”

 
    Many of the specific recommendations made have also been made by the Association of World Citizens.  However; de Zayas gives much more background and references to U.N. documents and discussions.  He highlights the important role that non-governmental organizations; (increasingly called civil society) can play.  However; he warns of the backlash against NGOs by governments and business corporations.
 

    “Greater efforts are needed to limit current attempts to shrink the space of civil society at the international and domestic levels. Arbitrary and undue restrictions on the effective enjoyment of fundamental freedoms, including the freedoms of association, peaceful assembly and expression, seriously obstruct the realization of a more democratic international order.”

 
    This is an important book for those working on the development of world law; a rules-based order in the spirit of the U.N. Charter.
 
 
Rene Wadlow, President, Association of World Citizens.

Here are other publications that may be of interest to you.

1 2 7

Donetsk and Luhansk Appeals-Français

Autonomie vitale pour la République populaire de Donetsk et…

Image en vedette : Retour des citoyens libérés sur le territoire contrôlé par l’Ukraine, 29 décembre 2019. By President.gov.ua, CC BY 4.0 <https://creativecommons.org/licenses/by/4.0>, via Wikimedia Commons.

Les tensions actuelles sur les frontières entre l’Ukraine, le Donbass et la Russie revêtent de nombreuses dimensions, à la fois géopolitiques et nationales. La crise actuelle comporte de longs aspects historiques et stratégiques. Les crises de sécurité sont profondément influencées à la fois par le sens de l’histoire et par les perceptions actuelles. Il y a eu des discussions bilatérales entre les autorités américaines et russes, entre les dirigeants russes et français, entre les dirigeants russes et chinois, entre le dirigeant ukrainien et plusieurs autres, et des discussions multilatérales au sein de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), au sein l’OTAN, au Conseil de sécurité de l’ONU et au sein de l’Union européenne. Pour l’instant, il n’y a pas eu de désescalade des tensions ni de baisse des effectifs.

Actuellement, il n’y a qu’une seule structure permanente pour les négociations multilatérales sur les tensions ukrainiennes – le “Format Normandie” qui réunit les représentants de l’Ukraine et de la Russie, de la France et de l’Allemagne principalement pour négocier sur le statut des Républiques populaires séparatistes.

Ukraine

 La célèbre place de l’Indépendance à Kiev par une journée ensoleillée. Photo Par  Euan Cameron on Unsplash.

Vous pourriez être intéressé par la lecture : Ukraine-Donbass-Russie : le format normand peut-il être réactivé ?.

Statut Spécial.

L’accord de Minsk II du 12 février 2015 a convenu que les zones couvertes par les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk ne seraient pas séparées de l’Ukraine, mais recevraient un “statut spécial” défini dans une nouvelle Constitution ukrainienne. Cependant, au-delà d’une discussion assez vague sur la décentralisation, la nature du statut spécial n’a pas été convenue et aucune mesure administrative du gouvernement ukrainien n’a été mise en place.

Depuis 2015, la situation socio-économique dans les deux républiques populaires s’est aggravée. Beaucoup de gens sont partis en Ukraine ou en Russie. Il y a des violations constantes des accords de cessez-le-feu qui sont surveillés par des observateurs de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe. Ainsi, dans son rapport du 15 décembre 2021, les observateurs de l’OSCE ont noté qu’entre le 10 et le 12 décembre, il y a eu 444 violations du cessez-le-feu dans la région de Donetsk et 104 dans la région de Louhansk. Cependant, la liberté de mouvement des observateurs de l’OSCE est restreinte. Le nombre de violations, généralement des échanges de tirs d’armes légères, est probablement plus élevé.

L’Association des Citoyens du Monde.

Résoudre l’aspect Donbass du conflit sur la base d’une autonomie réelle et vitale et d’une coopération transfrontalière devrait être une priorité d’action absolue. L’Association des Citoyens du Monde a toujours souligné l’importance de développer des formes appropriées de gouvernement comme un aspect crucial de la résolution des conflits armés. L’Association a particulièrement mis en lumière les possibilités du confédéralisme et la nécessité d’une coopération transfrontalière. L’Association a été impliquée au début du conflit Abkhazie-Géorgie en août 1992 et les premiers efforts de négociation ont été menés à Genève avec des représentants de l’Abkhazie qui étaient à Genève et des responsables des Nations Unies et du Comité international de la Croix-Rouge. On sait ainsi combien un cycle d’action-réaction peut aggraver un conflit et combien il est difficile de rétablir les structures de gouvernement une fois la séparation établie.

La nécessité d’avancer sur la structure de l’Ukraine ressort nettement à un moment où il existe de réelles possibilités de risques d’indexation. Il est nécessaire de mettre en place des mesures de confiance s’adressant aux différentes couches de la société dans un processus cumulatif. Des avancées sur le statut spécial seraient une étape importante dans la désescalade des tensions. Tant que les deux républiques populaires resteront faibles, elles dépendront du soutien de la Russie. C’est lorsqu’ils sont économiquement et socialement forts qu’ils peuvent avoir des relations transfrontalières utiles tant avec la Russie qu’avec le reste de l’Ukraine. Les discussions sur le statut spécial doivent être menées par ceux qui vivent en Ukraine.

Cependant, des représentants gouvernementaux, ainsi que des organisations non gouvernementales en Russie, en Allemagne et en France, peuvent également contribuer activement. La nouvelle ministre allemande des Affaires étrangères, l’écologiste Annalena Baerbock, issue d’un Etat à structure fédéraliste avec de nombreuses initiatives locales possibles, peut apporter de nouvelles visions à ces discussions de plus en plus engagées.Annalena Baerbock

La nouvelle ministre allemande des Affaires étrangères, l’écologiste Annalena Baerbock.  Par Stefan Kaminski (photography), Annalena Baerbock (full rights of use), CC BY-SA 4.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0>, via Wikimedia Commons.

René Wadlow, président, Association des Citoyens du Monde.

Voici d’autres publications qui pourraient vous intéresser.

The Uprooted.

Increasing numbers of people in countries around the world, have been forced from their homes, by armed conflicts and systematic violations of human rights. Those who cross internationally recognized borders…

1 2 12

Cyprus Apelaciones

Chipre: ¿Hacia una confederación no territorial?

Fotógrafo oficial del ejército británico, dominio público, a través de Wikimedia Commons.

Tres días, 27-29 de abril de 2021, de conversaciones “informales” sobre el futuro de Chipre se llevaron a cabo en Ginebra bajo el liderazgo del Secretario General de la ONU, Antonio Guterres. No ha habido negociaciones formales sobre el tema desde 2017. La reunión patrocinada por la ONU con representantes de greco y turcochipriotas, así como representantes de Grecia, Turquía y el Reino Unido, la antigua potencia colonial, fue para determinar si hay suficientes terreno común para comenzar las negociaciones a finales de este año.

Antonio Guterres pidió a las partes que “sean creativas en su pensamiento”, pero la creatividad ha escaseado. Sin embargo, la atmósfera geopolítica se ha vuelto más tensa desde 2017 con las tensiones entre Turquía y Grecia por las fronteras marítimas y el uso potencial de los recursos naturales.

Chipre se ha dividido entre grecochipriotas y turcochipriotas desde 1974, turcochipriotas en el norte, grecochipriotas en el sur con una zona de amortiguamiento monitoreada por la ONU que los separa. Todavía hay unas 40.000 tropas turcas en la zona turcochipriota. La misión de mantenimiento de la paz de la ONU (UNFICYP) ha estado en Chipre desde 1964 cuando los fuertes disturbios entre las poblaciones griega y turca fue un indicador de que las cosas podrían empeorar y provocar hostilidades entre Grecia y Turquía.

La compleja situación política tiene tres Estados como “potencias garantes”: el Reino Unido, que fue el amo colonial hasta 1963, y Grecia y Turquía, que crearon las tensiones en primer lugar. 

El diablo está en los detalles.

Los grecochipriotas sostienen que Chipre debería ser un Estado y no dos, que este único Estado sería de naturaleza federal y que este Estado reunido sería parte de la Unión Europea. Pero el diablo está en los detalles;”. El primer “detalle”, pero crucial, son las fronteras geográficas de las áreas griega y turca. Dada la naturaleza emocional y compleja de la situación, las divisiones geográficas sin fronteras “naturales” son un tema que puede generar verdaderos desacuerdos. Además, las fronteras también pueden servir de excusa si el verdadero desacuerdo es otra cosa.

El líder de los turcochipriotas, Ersin Tatar, propone un modelo de dos Estados “viviendo uno al lado del otro en buenas relaciones de vecindad”. Ersin Tatar es apoyado de cerca por el presidente turco Recep Tayyip Erdogan, y algunos ven las propuestas turcas como una vía para la influencia “neo-otomana” de Erdogan en el área.

Existe un acuerdo previo de que cuando finalmente haya una propuesta firme, la propuesta se presentará tanto a la población grecochipriota como a la turcochipriota en referendos simultáneos. Por lo tanto, los negociadores deben tener en cuenta las actitudes populares de ambas partes para que el acuerdo sea mutuamente aceptable. La esperanza es que “ha llegado el momento” de un acuerdo cuando tanto Grecia como Turquía están preocupados por otros problemas en la volátil región y muchos chipriotas están cansados del statu quo.

Chipre con-federal.

Hay dos aspectos de las negociaciones sobre los cuales la Asociación de Ciudadanos del Mundo ha hecho propuestas dado el interés de larga data de la Asociación en desarrollar estructuras constitucionales apropiadas. En primer lugar, por razones comprensibles, el término “federal” se utiliza ahora con mayor frecuencia en lugar de “con-federal”. En el caso de Chipre, “un Chipre confederal” podría ser el mejor término, una forma más flexible de unión, en la que tratar los problemas en el nivel más local posible sería la estructura constitucional.

A menudo se piensa que las fronteras  son “naturales e inviolables”, incluso si son sólo fronteras en la mente. Las actitudes hacia las fronteras a menudo perpetúan el conflicto. Las fronteras son un reflejo del pasado más que del futuro. 

Hoy, existe una necesidad de cooperación entre comunidades. Por tanto, puede existir la posibilidad de una confederación chipriota basada no en divisiones geográficas sino en funciones, tales como iniciativas económicas, derecho de la tierra, estado personal en relación con el matrimonio, la separación y la herencia. Esta con-federación basada en funciones tiene potencial para resolver conflictos. Existe el precedente del Imperio Otomano de diferentes reglas legales para las personas que viven en la misma área.

Sin embargo, la ideología neo-otomana puede no ser el mejor enfoque para el estrés en las actuales negociaciones de Chipre. Chipre tiene una de las fuerzas de la ONU más antiguas que mantiene separadas a las dos comunidades. Un enfoque con-federal puede ser una chispa de esperanza de avances para unirlos.

Rene Wadlow, Presidente de  Asociación de Ciudadanos del Mundo.

Aquí tienes otras publicaciones que pueden ser de tu interés.

1 2 29

Racisme Appeals-Français

L’ONU n’a plus Le Droit Aux Rendez-Vous Manqués en…

Image par Javier Robles de Pixabay.

Par Bernard J. Henry.

Il fallait s’y attendre. Après la mort de l’Afro-Américain George Floyd à Minneapolis (Minnesota) le 25 mai;  étouffé par le policier Derek Chauvin et ses collègues auxquels il criait du peu de voix qu’ils lui laissaient « I can’t breathe », « Je ne peux pas respirer », et avec la vague mondiale d’indignation que le drame a soulevée quant au racisme et aux violences policières, l’Afrique s’est élevée d’une seule voix à l’ONU.

Le 12 juin;  les cinquante-quatre pays du Groupe africain de l’Assemblée générale des Nations Unies ont appelé le Conseil des Droits de l’Homme à un « débat urgent sur les violations actuelles des droits de l’homme d’inspiration raciale, le racisme systémique, la brutalité policière contre les personnes d’ascendance africaine et la violence contre les manifestations pacifiques ».

Avec les cinquante-quatre pays africains;  c’étaient plus de six cents organisations non-gouvernementales;  dont  l’Association of World Citizens (AWC);  qui appelaient le Conseil à se saisir de la question.

Racisme Systémique.

Et le 15 juin;  la demande a été acceptée sans qu’aucun des quarante-sept Etats qui composent le Conseil ne s’y soit opposé. Le débat demandé a donc eu lieu;  sur fond de dénonciation d’un « racisme systémique » par Michelle Bachelet;  Haute Commissaire des Nations Unies pour les Droits de l’Homme;  mais aussi d’indignation des cadres onusiens originaires d’Afrique contre leur propre institution qu’ils jugent trop passive.

Pour l’Organisation mondiale;  il s’agit plus que jamais de n’entendre pas seulement la voix de ses Etats membres;  mais aussi celle du peuple du monde qui s’exprime en bravant les frontières; parfois même ses dirigeants. La mort de George Floyd et l’affirmation, plus forte que jamais;  que « Black Lives Matter », « Les vies noires comptent », imposent une responsabilité historique à l’ONU qui;  en matière de racisme, n’a plus droit aux rendez-vous manqués;  réels et présents dans son histoire.

Résolution 3379 : Quand l’Assemblée Générale s’est Trompée de Colère.

Le 10 novembre 1975;  l’Assemblée générale de l’ONU adoptait sa Résolution 3379 portant « Élimination de toutes les formes de discrimination raciale ». Malgré ce titre prometteur;  le vote de l’Assemblée générale cristallisait en fait les frustrations des Etats Membres quant à deux situations de conflit;  jugées les plus graves au monde depuis la fin de la guerre du Vietnam en avril – l’Afrique australe et le Proche-Orient.

A côté de l’Afrique du Sud ou règne l’apartheid;  la ségrégation raciale érigée en système par la minorité blanche aux dépens de la population noire autochtone;  se tient l’ancêtre de l’actuel Zimbabwe;  la Rhodésie, Etat proclamé en 1970 sur une colonie britannique mais non reconnu par la communauté internationale.

La Rhodésie n’est pas un Etat d’apartheid proprement dit;  mais sa minorité blanche tient la majorité noire sous la chappe brutale d’un paternalisme colonialiste. Deux organisations indépendantistes, la ZANU et la ZAPU, s’y affrontent dans une violente guerre civile et le gouvernement;  principalement blanc de Ian Smith n’y veut rien entendre.

L’Etat d’Israël.

Au Proche-Orient;  la création en 1948 de l’Etat d’Israël s’est faite sans celle d’un Etat palestinien que prévoyait pourtant le plan original de l’ONU. En 1967;  lors de la Guerre des Six Jours qui l’oppose aux armées de plusieurs pays arabes;  l’Etat hébreu étend son occupation sur plus de territoires que jamais auparavant;  prenant le Sinaï à l’Egypte – qui lui sera rendu en 1982 – et le Golan à la Syrie, la Cisjordanie et Jérusalem-Est échappant quant à elles à la Jordanie. Aux yeux du monde;  l’idéal sioniste des fondateurs d’Israël signifie désormais principalement l’oppression de la Palestine.

Et les deux Etats parias de leurs régions respectives avaient fini par s’entendre;  causant la fureur tant de l’URSS et de ses alliés à travers le monde que du Mouvement des Non-Alignés au sud.

Le 14 décembre 1973;  dans sa Résolution 3151 G (XXVIII);  l’Assemblée générale avait déjà « condamné en particulier l’alliance impie entre le racisme sud africain et le sionisme ». C’est ainsi que deux ans plus tard;  la Résolution 3379 enfonçait le clou contre le seul Israël en se concluant sur ces termes : « [L’Assemblée générale] [c]onsidère que le sionisme est une forme de racisme et de discrimination raciale ».

La Conférence de Madrid.

Impossible de ne pas condamner l’occupation israélienne en Palestine;  tant elle paraissait incompatible avec le droit international qui;  en 1948, avait précisément permis la création de l’Etat d’Israël.

Pour autant;  assimiler le sionisme au racisme présentait un double écueil. D’abord, s’il se trouvait un jour une possibilité quelconque d’amener Israéliens et Palestiniens au dialogue;  comment Israël allait-il jamais accepter de venir à la table des négociations avec un tel anathème international sur son nom ? C’est ce qui amena, après la Première Guerre du Golfe, l’adoption par l’Assemblée générale de l’ONU de la Résolution 46/86 du 16 décembre 1991 par laquelle la Résolution 3379;  et avec elle l’assimilation du sionisme au racisme, étaient tout simplement abrogées, ce qui était l’une des conditions d’Israël pour sa participation à la Conférence de Madrid en octobre.

Ensuite;  plus durablement cette fois, présenter l’affirmation d’un peuple de son droit à fonder son propre Etat comme étant du racisme ne pouvait qu’alimenter le refus;  ailleurs à travers le monde;  du droit à l’autodétermination déjà mis à mal dans les années 1960 au Katanga et au Biafra, avec à la clé, l’idée que toute autodétermination allait entraîner l’oppression du voisin.

Les racistes sont des gens qui se trompent de colère.

« Les racistes sont des gens qui se trompent de colère », disait Léopold Sédar Senghor. Il n’en fut pire illustration que la Résolution 3379;  inefficace contre le racisme et n’ayant servi qu’à permettre à Israël de se poser en victime là où son occupation des Territoires palestiniens n’avait, et n’a jamais eu, rien de défendable.

Un échec complet donc pour l’ONU;  mais qui fut réparé lorsque commença le tout premier processus de paix au Proche-Orient qui entraîna, en 1993;  les Accords d’Oslo et, l’année suivante, le traité de paix entre Israël et la Jordanie. C’était toutefois moins une guérison qu’une simple rémission. 

Durban 2001 : L’antiracisme Otage de L’antisémitisme.

Le 2 septembre 2001 s’est ouverte à Durban, en Afrique du Sud, la Conférence mondiale contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance, conférence organisée par les Nations Unies. Sans même évoquer la Résolution 3379 en soi, depuis son abrogation en 1991;  le monde avait changé.

La Guerre Froide était terminée, l’URSS avait disparu, l’apartheid avait pris fin dans une Afrique du Sud rebâtie en démocratie multiraciale par Nelson Mandela auquel succédait désormais son ancien Vice-président Thabo Mbeki.

Au Proche-Orient, Yitzhak Rabin avait été assassiné en 1995, et avec lui étaient morts les Accords d’Oslo réfutés par son opposition de droite, cette même opposition qui dirigeait désormais Israël en la personne d’Ariel Sharon, ancien général, chef de file des faucons et dont le nom restait associé aux massacres de Sabra et Chatila en septembre 1982 au Liban.

La Haute Commissaire des Nations Unies pour les Droits de l’Homme.

Aux Etats-Unis;  le libéralisme international des années Clinton avait fait place aux néoconservateurs de l’Administration George W. Bush;  hostiles à l’ONU là où leurs devanciers démocrates avaient su s’accommoder du Secrétaire général Kofi Annan.

Le monde avait changé;  mais c’était parfois seulement pour remplacer certains dangers par d’autres. Et le passé n’allait pas tarder à se rappeler au bon souvenir, trop bon pour certains, des participants.

La Haute Commissaire des Nations Unies pour les Droits de l’Homme, Mary Robinson, n’était pas parvenue à mener des travaux préparatoires constructifs, et dès le début des discussions, le résultat s’en est fait sentir.

Devant la répression israélienne de la Seconde Intifada à partir de fin septembre 2000;  l’Etat hébreu déclenche une fois de plus la colère à travers le monde. Un nombre non négligeable d’Etats rêvent de déterrer la Résolution 3379, mais cette fois, sans plus de racisme sud-africain auquel accoler le sionisme, Israël va voir cette colère dégénérer en récusation non plus du sionisme mais, tout simplement, du peuple juif où qu’il vive dans le monde.

A gauche, Ariel Sharon, alors officier supérieur de Tsahal, en 1967. Plus tard Ministre de la Défense puis Premier Ministre, son nom sera associé à de graves crimes contre les Palestiniens commis par Israël.

Le Protocole des Sages de Sion.

S’y attendant;  l’Administration Bush a lancé des mises en garde avant le début de la conférence. En ouverture;  Kofi Annan annonce la couleur – il ne sera pas question de sionisme;  pas de redite de 1975. Rien n’y fait. Toute la journée, des Juifs présents à la conférence sont insultés et menacés de violences.

Le Protocole des Sages de Sion;  faux document né dans la Russie tsariste au début du vingtième siècle pour inspirer la haine des Juifs, est vendu en marge. Et, comble pour une conférence des Nations Unies, même si elles n’y sont bien entendu pour rien, il est distribué aux participants des tracts à l’effigie, et à la gloire, d’Adolf Hitler.

Il n’en faut pas plus pour qu’Etats-Unis et Israël plient bagages dès le lendemain. Si la France et l’Union européenne restent, ce n’est cependant pas sans un avertissement clair – toute poursuite de la stigmatisation antisémite verra également leur départ.

l’Holocauste ne doit jamais être oublié.

C’est à la peine qu’est adopté un document final;  dont ce n’est qu’en un lointain 58ème point qu’il est rappelé que « l’Holocauste ne doit jamais être oublié ». Dans le même temps;  un Forum des ONG concomitant adopte une déclaration si violente contre Israël que même des organisations majeures de Droits Humains telles qu’Amnesty International, Human Rights Watch et la Fédération internationale des Ligues des Droits de l’Homme s’en désolidarisent.

Le Français Rony Brauman;  ancien Président de Médecins Sans Frontières, ardent défenseur de la cause palestinienne, n’avait pu lui aussi que déplorer l’échec consommé de la conférence, prise en otage par des gens qui prétendaient combattre le racisme, y compris, naturellement, le colonialisme israélien, mais n’avaient en réalité pour but que de répandre le poison de l’antisémitisme.

Pour la Dignité de Chaque être Humain.

Le racisme est un phénomène universel;  qui n’épargne aucun continent, aucune culture, aucune communauté religieuse. De la part de l’ONU;  c’est en tant que tel que le peuple du monde s’attend à le voir combattu.

Par deux fois;  les Etats membres de l’Organisation mondiale l’ont détournée de sa fonction pour plaquer le racisme sur ce qui était, et qui demeure;  une atteinte à la paix et la sécurité internationales;  nommément l’occupation israélienne en Palestine où, indéniablement, le racisme joue aussi un rôle;  mais qui ne peut se résumer à la seule question de la haine raciale comme c’était le cas de l’apartheid en Afrique du Sud ou comme c’est aujourd’hui celui du scandale George Floyd.

Le Racisme Sous Toutes ses Formes.

S’il ne peut ni ne doit exister d’indulgence envers quelque Etat que ce soit;  en ce compris l’Etat d’Israël, le racisme sous toutes ses formes;  surtout lorsqu’il provient d’agents de l’Etat tels que les policiers; ne peut être circonscrit à la condamnation d’une seule situation dans le monde;  aussi grave soit-elle;  encore moins donner lieu à l’antisémitisme qui est lui aussi une forme de racisme;  et l’on ne peut en tout bon sens louer ce que l’on condamne !

Par bonheur;  le Groupe africain a su éviter tous les écueils du passé;  ayant lancé un appel au débat qui fut accepté sans mal par le Conseil des Droits de l’Homme. Les appels de la Haute Commissaire aux Droits de l’Homme et des hauts fonctionnaires d’origine africaine  viennent amplifier un appel que l’ONU doit entendre.

Le monde s’est réveillé, il faut en finir avec le racisme, et sur son aptitude à agir, à accueillir les critiques, l’ONU joue sa crédibilité dans cette lutte pour la dignité de chaque être humain qui est le premier des droits.

Bernard J. Henry est Officier des Relations Extérieures de l’Association of World Citizens.