Tag: <span>Lougansk</span>

Donetsk and Luhansk Appeals-Français

Autonomie vitale pour la République populaire de Donetsk et…

Image en vedette : Retour des citoyens libérés sur le territoire contrôlé par l’Ukraine, 29 décembre 2019. By President.gov.ua, CC BY 4.0 <https://creativecommons.org/licenses/by/4.0>, via Wikimedia Commons.

Les tensions actuelles sur les frontières entre l’Ukraine, le Donbass et la Russie revêtent de nombreuses dimensions, à la fois géopolitiques et nationales. La crise actuelle comporte de longs aspects historiques et stratégiques. Les crises de sécurité sont profondément influencées à la fois par le sens de l’histoire et par les perceptions actuelles. Il y a eu des discussions bilatérales entre les autorités américaines et russes, entre les dirigeants russes et français, entre les dirigeants russes et chinois, entre le dirigeant ukrainien et plusieurs autres, et des discussions multilatérales au sein de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), au sein l’OTAN, au Conseil de sécurité de l’ONU et au sein de l’Union européenne. Pour l’instant, il n’y a pas eu de désescalade des tensions ni de baisse des effectifs.

Actuellement, il n’y a qu’une seule structure permanente pour les négociations multilatérales sur les tensions ukrainiennes – le “Format Normandie” qui réunit les représentants de l’Ukraine et de la Russie, de la France et de l’Allemagne principalement pour négocier sur le statut des Républiques populaires séparatistes.

Ukraine

 La célèbre place de l’Indépendance à Kiev par une journée ensoleillée. Photo Par  Euan Cameron on Unsplash.

Vous pourriez être intéressé par la lecture : Ukraine-Donbass-Russie : le format normand peut-il être réactivé ?.

Statut Spécial.

L’accord de Minsk II du 12 février 2015 a convenu que les zones couvertes par les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk ne seraient pas séparées de l’Ukraine, mais recevraient un “statut spécial” défini dans une nouvelle Constitution ukrainienne. Cependant, au-delà d’une discussion assez vague sur la décentralisation, la nature du statut spécial n’a pas été convenue et aucune mesure administrative du gouvernement ukrainien n’a été mise en place.

Depuis 2015, la situation socio-économique dans les deux républiques populaires s’est aggravée. Beaucoup de gens sont partis en Ukraine ou en Russie. Il y a des violations constantes des accords de cessez-le-feu qui sont surveillés par des observateurs de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe. Ainsi, dans son rapport du 15 décembre 2021, les observateurs de l’OSCE ont noté qu’entre le 10 et le 12 décembre, il y a eu 444 violations du cessez-le-feu dans la région de Donetsk et 104 dans la région de Louhansk. Cependant, la liberté de mouvement des observateurs de l’OSCE est restreinte. Le nombre de violations, généralement des échanges de tirs d’armes légères, est probablement plus élevé.

L’Association des Citoyens du Monde.

Résoudre l’aspect Donbass du conflit sur la base d’une autonomie réelle et vitale et d’une coopération transfrontalière devrait être une priorité d’action absolue. L’Association des Citoyens du Monde a toujours souligné l’importance de développer des formes appropriées de gouvernement comme un aspect crucial de la résolution des conflits armés. L’Association a particulièrement mis en lumière les possibilités du confédéralisme et la nécessité d’une coopération transfrontalière. L’Association a été impliquée au début du conflit Abkhazie-Géorgie en août 1992 et les premiers efforts de négociation ont été menés à Genève avec des représentants de l’Abkhazie qui étaient à Genève et des responsables des Nations Unies et du Comité international de la Croix-Rouge. On sait ainsi combien un cycle d’action-réaction peut aggraver un conflit et combien il est difficile de rétablir les structures de gouvernement une fois la séparation établie.

La nécessité d’avancer sur la structure de l’Ukraine ressort nettement à un moment où il existe de réelles possibilités de risques d’indexation. Il est nécessaire de mettre en place des mesures de confiance s’adressant aux différentes couches de la société dans un processus cumulatif. Des avancées sur le statut spécial seraient une étape importante dans la désescalade des tensions. Tant que les deux républiques populaires resteront faibles, elles dépendront du soutien de la Russie. C’est lorsqu’ils sont économiquement et socialement forts qu’ils peuvent avoir des relations transfrontalières utiles tant avec la Russie qu’avec le reste de l’Ukraine. Les discussions sur le statut spécial doivent être menées par ceux qui vivent en Ukraine.

Cependant, des représentants gouvernementaux, ainsi que des organisations non gouvernementales en Russie, en Allemagne et en France, peuvent également contribuer activement. La nouvelle ministre allemande des Affaires étrangères, l’écologiste Annalena Baerbock, issue d’un Etat à structure fédéraliste avec de nombreuses initiatives locales possibles, peut apporter de nouvelles visions à ces discussions de plus en plus engagées.Annalena Baerbock

La nouvelle ministre allemande des Affaires étrangères, l’écologiste Annalena Baerbock.  Par Stefan Kaminski (photography), Annalena Baerbock (full rights of use), CC BY-SA 4.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0>, via Wikimedia Commons.

René Wadlow, président, Association des Citoyens du Monde.

Voici d’autres publications qui pourraient vous intéresser.

The Uprooted.

Increasing numbers of people in countries around the world, have been forced from their homes, by armed conflicts and systematic violations of human rights. Those who cross internationally recognized borders…

1 2 12
Conflict Prevention Networks Role of Non-Governemental-Organizations.

Building Stronger Conflict Prevention Networks.

Photo by TheAndrasBarta in Pixabay 

By Rene Wadlow.

As we reflect on current armed conflicts;  on which the Association of World Citizens has proposed measures for conflict resolution: – Nagorno-Karabakh, Yemen, Syria, Ukraine-Donetsk-Lougansk- Russia – we ask ourselves if we are to be overwhelmed by an endless chain of regional wars capable of devastating entire countries;  or will we help build the structures for the resolution of armed conflicts through negotiations in good faith.

Can we help build stronger conflict prevention networks?

 In each of these current conflicts;  there is a mix of underlying causes: ethnic tensions, social inequality, environmental degradation, and regional rivalries. In each conflict;  there were warning signs and a building of tensions prior to the outbreak of armed conflict. This was particularly true in Syria;  where there were four months of non-violent protests and local organizing for reforms before violence began.

Nevertheless; not enough was done by external non-governmental organizations;  to strengthen and protect these non-violent reform movements in Syria. Given the complexity of conflict situations and the often short time between the signs of tensions and the outbreak of violence;  external peace-building organizations  have to be able to move quickly to support local civil society efforts.

Therefore; in each of these four situations;  the degree of civil society organizations differ. We need to look carefully at the different currents within the society;  to see what groups we might be able to work with and to what degree of influence;  they may have on governmental action. Governments tend to react in the same ways. Governments cling to the belief that there can be simple security-related solutions to complex challenges;  as we see these days with the current use of police and military methods by the government of Belarus.

The United Nations and the Organization for Security and Cooperation in Europe (OSCE)

There is often a pervading mistrust between the central government and outlying territories. Such mistrust;  can not be overcome by external non-governmental organizations. We can, however;  reflect with local groups;  on how lines of communication can be established or strengthened.

However; preventing the eruption of disputes into full-scale hostilities is not an easy task;  but its difficulties pale beside those of ending the fighting once it has started. Non-governmental organizations need to have active channels of communication with multinational governmental organizations;  such as the United Nations and the Organization for Security and Cooperation in Europe (OSCE) . Non-governmental organizations may have an easier time to be in contact with local non-governmental forces in the conflict States;  as both the U.N. and the OSCE are bound by the decisions of governments.

Growing resource scarcity and environmental degradation;  the depletion of fresh water;  and arable land played an important role in exacerbating conflicts in Yemen. The armed conflict has made things much worse. There is now a growing world-wide recognition of the environmental-conflict linkage. Thus;  groups concerned with the defense and restoration of the environment;  need to become part of the network of conflict resolution efforts. There is much to be done. Building stronger conflict prevention networks should be a vital priority.

 Rene Wadlow, President, Association of World Citizens.