Mois : <span>mars 2023</span>

League of Nations Rapprochement of Cultures.

La Société des Nations et son armée de la…

Image en vedette : Stanley Bruce présidant le Conseil de la Société des Nations en 1936. Joachim von Ribbentrop s’adresse au conseil. Par Commonwealth d’Australie, domaine public, via Wikimedia Commons

Par René Wadlow.

Le 28 avril 1919 peut être considéré comme la naissance de la Société des Nations. La création de la Ligue avait été à l’ordre du jour de la conférence de la paix à Versailles, aux portes de Paris, dès son lancement en janvier 1919.

Le président américain Woodrow Wilson était le champion en chef de la Ligue. La création d’une telle organisation a été discutée dès le début en janvier, ainsi que des discussions sur l’emplacement du siège de la Ligue. Le 28 avril, la création d’une Société des Nations est décidée à l’unanimité et, dans le même temps, Genève est choisie pour son siège.

Woodrow Wilson, président des États-Unis d’Amérique. Par Harris & Ewing, domaine public, via Wikimedia Commons.

La première décennie de la vie de la Ligue.

Certains des échecs ultérieurs de la Ligue étaient visibles dès le début. L’Allemagne vaincue et l’URSS révolutionnaire n’ont pas été invitées à se joindre, et le Sénat américain a refusé l’invitation. Néanmoins, la première décennie de la vie de la Ligue a vu beaucoup de coopération internationale, en particulier dans les domaines des conditions de travail, de la santé, de la protection sociale, de la coopération intellectuelle et de l’agriculture – tous domaines qui seront ensuite poursuivis et développés au sein du système onusien.

La première décennie a vu le règlement d’un certain nombre de conflits qui auraient pu conduire à la guerre. Il y avait un sentiment largement répandu qu’une nouvelle ère dans les relations internationales était née. Cependant, les années 1930 ont commencé avec les conflits qui ont conduit à la fin de la Ligue.

Incident de Moukden.

Le 18 septembre 1931, le Japon accusa la Chine d’avoir fait sauter une ligne de chemin de fer de Mandchourie sur laquelle le Japon avait des droits issus de traités. Cet  » incident de Mukden « , comme on l’appela, fut suivi de la prise par les Japonais de la ville de Mukden et de l’invasion de la Mandchourie. L’occupation militaire de la région a suivi et, le 18 février 1932, le Japon a établi l’État fantoche de Mandchoukine.

De nouvelles hostilités entre le Japon et la Chine étaient une possibilité réelle. La Ligue a tenté de servir de médiateur dans le conflit sous la direction de Salvador De Madariaga, l’ambassadeur de l’Espagne républicaine auprès de la Ligue. En pratique, aucun des gouvernements occidentaux n’a voulu s’impliquer dans les conflits asiatiques, surtout pas à une époque où ils faisaient face à une dépression économique.

L’écrivain espagnol Salvador de Madariaga et le ministre des Affaires étrangères de l’Argentine José María Cantilo se sont entretenus lors d’une session de la Société des Nations (1936). Par Auteur inconnuAuteur inconnu, domaine public, via Wikimedia Commons.

Salvador De Madariaga: Conscience of the League of Nations.

Coopération avec les organisations non gouvernementales.

La coopération des organisations non gouvernementales avec la Société des Nations n’était pas aussi structurée qu’elle le serait par la Charte des Nations Unies. Il y avait quelques groupes pacifistes à Genève qui interagissaient de manière informelle avec les délégations de la Ligue – la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté, le Bureau international de la paix et les Quakers britanniques étaient actifs mais n’étaient pas en mesure de parler directement lors des réunions de la Ligue. Ils ne pouvaient qu’adresser des appels écrits au secrétariat de la Ligue et contacter de manière informelle certaines délégations.

En réaction aux tensions Japon-Chine, le Dr Maude Revden, une ancienne suffragette, l’une des premières femmes pasteurs d’Angleterre, influencée par le Mahatma Gandhi qu’elle avait visité en Inde, proposa des « troupes de choc de la paix » qui se porteraient volontaires pour se placer entre les Japonais et combattants chinois. La proposition d’interposition d’un corps non armé de civils des deux sexes entre les armées adverses a été proposée au Secrétaire général de la Société des Nations, Sir Eric Drummond.

Drummond répondit qu’il n’était pas dans son pouvoir constitutionnel de présenter la proposition à l’Assemblée de la Ligue. Seul le gouvernement pouvait soumettre des points à l’ordre du jour à l’Assemblée. Néanmoins, il a diffusé la lettre aux nombreux journalistes alors à Genève alors que l’Assemblée était en session. La lettre a été largement relayée.

Une troupe de choc non armée de la Ligue ne s’est jamais développée, et la Chine et une grande partie de l’Asie sont devenues le théâtre d’une guerre menée par les Japonais.

Sir Eric Drummond vers 1918. Par Bain, domaine public, via Wikimedia Commons.

Les Nations Unies par des citoyens du monde.

L’idée d’une force d’interposition non armée a de nouveau été présentée cette fois aux Nations Unies par des citoyens du monde peu après la création de l’ONU lors de la création de l’État d’Israël en 1947-48 et du conflit armé qui en a résulté. La proposition a été présentée par Henry Usborn  un député britannique, actif dans le mouvement mondial fédéraliste et citoyen du monde. Usborn a été influencé par le concept de satyagraha (une force de l’âme) du Mahatma Gandhi et a proposé qu’un corps de volontaires de quelque 10 000 personnes non armées détienne une zone démilitarisée de deux kilomètres de large entre Israël et ses voisins arabes.

Un peu plus tard, en 1960, Salvador De Madariaga, qui avait cessé d’être ambassadeur d’Espagne auprès de la Ligue à l’arrivée au pouvoir du général Franco, créa en 1938 l’Association des citoyens du monde depuis son exil en Angleterre.

Le socialiste indien de Gandhi.

Il a élaboré une proposition avec le chef du Parti socialiste indien de Gandhi, Jayapeakash Narayan, pour des gardes de la paix de l’ONU, une force de paix internationale non armée qui serait une alternative aux forces armées de l’ONU. (1) De Maderiaga  et Narayan ont soutenu qu’un corps de gardes de la paix réguliers intervenant sans aucune arme, entre deux forces au combat ou sur le point de se battre  pourrait avoir un effet considérable. Les Peace Guards seraient autorisés par les États membres de l’ONU à intervenir dans tout conflit de toute nature à la demande de l’une des parties ou du Secrétaire général.

Jayaprakash Narayan lors de sa visite en Allemagne, 1959. Par Ullstein bild, CC BY-SA 4.0 https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0, via Wikimedia Commons.

Dag Hammarskjold, qui avait suffisamment de problèmes avec les troupes armées de l’ONU dans l’ancien Congo belge et comprenait la realpolitik de l’ONU, n’a pas donné suite à la proposition. Ainsi, pour le moment, il n’y a que des troupes onusiennes armées tirées des armées nationales et ne pouvant agir que sur une résolution du Conseil de sécurité.

Photographie de Dag Hammarskjöld (1953). Par Caj Bremer, domaine public, via Wikimedia Commons.

You might interesting to read: Dag Hammarskjold. Crisis Manager and Longer-Range World Community Builder .

Note.

Un bon portrait de Jayaprakash Narayan, citoyen du monde, est dressé dans Bimal Prasad. Gandhi, Nehru et JP Studies in Leadership (Delhi, Chamakya Publications, 1985)

Narayan était également l’un des dirigeants indiens rencontrés par les dirigeants fédéralistes du monde étudiant lors de leur séjour de 1949 en Inde. Voir Clare et Harris Wofford, Jr.
India Afire (New York : John Day Company, 1951).

René Wadlow, président, Association des citoyens du monde.

Voici d’autres publications qui pourraient vous intéresser.

Sorry, no posts were found.

Child Soldiers Appeals-Français

L’utilisation d’enfants soldats : Les enfants du conflit.

Image en vedette : Un enfant soldat du groupe rebelle libérien LURD au bord du Pô (2004). Par United States Army Africa, domaine public, via Wikimedia Commons.

Le 12 février est la Journée internationale contre l’utilisation d’enfants soldats parrainée par les Nations Unies. Les efforts pour contrer l’utilisation de personnes de moins de 18 ans dans l’armée ont commencé par des efforts non gouvernementaux en 1979 – que l’ONU avait proclamé « l’Année internationale de l’enfant ».

Nicolas Hulot, qui s’est fait connaître plus tard en France pour ses reportages sur l’écologie et la défense de l’environnement, avait écrit « Ces Enfants qui résister » (Paris : Sipa-Presse, 1978). Il a mis l’accent sur les enfants qui meurent de malnutrition, de maladies et de blessures causées par des guerres et des catastrophes naturelles. Le cri de conscience de Hulot montrait des enfants se battant et s’entraînant à se battre dans un certain nombre de pays de différentes parties du monde.

 

 

Nicolas Hulot

Nicolas Hulot at the Fête de l’Humanité 2008. By Olivier « toutoune25 » Tétard, CC BY-SA 3.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0>, via Wikimedia Commons.

Impact des conflits armés sur les enfants.

Le souci du bien-être des enfants est une préoccupation intergouvernementale qui remonte à l’époque de la Société des Nations. Cependant, l’utilisation d’enfants soldats était rarement mentionnée car l’armée professionnelle avant la Seconde Guerre mondiale comptait des personnes de plus de 18 ans, généralement les plus jeunes avaient la vingtaine. Cependant, les nazis allemands ont utilisé de très jeunes hommes dans les derniers jours de la guerre pour tenter de limiter l’impact des forces alliées en Allemagne. Il y avait un certain nombre de films et de livres qui racontaient leurs efforts. Cependant, l’attention n’a pas continué une fois que les forces nazies ont été vaincues.

S’appuyant sur les efforts des ONG en 1979 pendant l’Année internationale de l’enfant, dans la période 1993-1996, il y a eu une étude des Nations Unies sur « l’impact des conflits armés sur les enfants » dirigée par Mme Graca Machel, plus tard l’épouse de Nelson Mandela. Elle a écrit:

« Pendant trop longtemps, les conséquences pour les enfants ont été tolérées comme un effet secondaire malheureux mais inévitable de la guerre. En réalité, les enfants sont de plus en plus devenus des cibles et non des victimes accidentelles, à la suite de décisions conscientes et délibérées prises par des adultes. »

League of Nations

Image : Stanley Bruce présidant le Conseil de la Société des Nations en 1936. Joachim von Ribbentrop s’adresse au conseil. Par Commonwealth d’Australie, domaine public, via Wikimedia Commons.

La Société des Nations et son armée de la paix inutilisée.

À la suite de l’étude de Graça Machel en 1997, l’Assemblée générale des Nations Unies a nommé l’Ambassadeur Olara A. Otunnu au poste de Représentant spécial du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés. Il a mis l’accent sur le vide moral dans lequel toutes les contraintes ont été érodées et abandonnées – un monde dans lequel les enfants ne sont plus précieux. Il a écrit:

« Au cœur de ce phénomène croissant de violence de masse et de désintégration sociale se trouve une crise des valeurs. La perte la plus fondamentale qu’une société puisse subir est peut-être l’effondrement de son propre système de valeurs. De nombreuses sociétés exposées à des conflits prolongés ont vu leurs valeurs communautaires radicalement sapées, voire complètement anéanties. Cela a créé un vide éthique – un cadre dans lequel les normes internationales sont ignorées en toute impunité et où les systèmes de valeurs locaux ont perdu leur emprise. Les distinctions entre civils et combattants se sont estompées. Les enfants, les femmes, les personnes âgées – tous sont devenus un gibier dans la lutte pour le pouvoir. »

Graca Machel

Madame Graça Machel au gala Sports for Peace 2010 à Johannesburg. Par Madame_Graca_Machel.TIF : Sportsforpeacederivative work : Rosentod, Public domain, via Wikimedia Commons.

L’ambassadeur Otunnu venait d’Ouganda, qui avait vu plus que sa part de l’effondrement des normes sociales et de la violence qui en résultait, comme celle perpétrée par l’Armée de résistance du Seigneur qui enlevait systématiquement des enfants pour les utiliser comme soldats, porteurs et esclaves sexuels à partir de 1987, mais en s’appuyant sur les mouvements armés antérieurs. Il était en exil et naturalisé par la Côte d’Ivoire qui l’avait nommé ambassadeur auprès de l’ONU. Lors des sessions du Comité des droits de l’homme de l’ONU, il était à Genève, et nous avons eu de longues discussions. Il était très ouvert à l’esprit des Citoyens du Monde et à la nécessité de développer des normes universelles pour dépasser une lutte de pouvoir non régulée.

Olara Otunnu a écrit :

« Les enfants représentent l’avenir de la civilisation humaine et l’avenir de toute société. Permettre qu’ils soient utilisés comme des pions dans la guerre, que ce soit comme cibles ou comme auteurs, c’est jeter une ombre sur l’avenir. De génération en génération, la violence engendre la violence, tandis que les maltraités grandissent pour devenir des agresseurs. Les enfants qui sont ainsi violés portent les cicatrices de la peur et de la haine dans leur cœur et leur esprit. Forcés d’apprendre à tuer au lieu de poursuivre leurs études, les enfants des conflits n’ont pas les connaissances et les compétences nécessaires pour construire leur avenir et celui de leurs communautés. Pour une société, les vies détruites et les opportunités perdues peuvent avoir un effet dévastateur sur sa stabilité et son développement à long terme. »

René Wadlow, président, Association des citoyens du monde.

Voici d’autres publications qui pourraient vous intéresser.

Les Déracinés.

Un nombre croissant de personnes, dans le monde entier, ont été contraintes de quitter leur foyer en raison de conflits armés et de violations systématiques des droits de l’homme. Ceux…